Etude sur la présence de la musique dans le champ du spectacle vivant

By Véronique Felenbok 1 année ago

Etat des lieux et propositions en faveur des compositeurs et musiciens d’aujourd’hui

Par Roland Auzet, septembre 2012

Depuis maintenant plus d’un demi-siècle, la création musicale s’est développée en France de manière singulière, tant sur le plan artistique que structurel.
Des centres nationaux de création musicale (CNCM) ont vu le jour dans les années 1980, répondant aux nécessités des compositeurs et des musiciens, et de nouveaux croisements artistiques ont permis d’inventer de nouvelles convergences esthétiques afin d’enrichir des langages propres. La musique s’est aussi révélée «actuelle », avec un réseau particulier, et l’ensemble des structures spécialisées (opéras, théâtres musicaux, orchestres, ensembles, CNCM, SMAC– scènes de musiques actuelles) ont poursuivi leurs missions, fixées pour la plupart depuis leurs origines, formant des équipements et des projets d’établissements denses, variés, chargés mais quelquefois difficiles à cerner et à faire évoluer.
Ainsi, la production et la diffusion des oeuvres et la filiation des répertoires correspondants n’ont quelquefois pas trouvé l’accord souhaité.
À la vue de cette situation, la question de l’équilibre des moyens, en fonction des répertoires et du renouvellement des missions correspondantes aux générations qui passent, ne se pose-t-elle pas? D’autant que le spectacle vivant, regroupant un ensemble d’autres disciplines, n’a eu de cesse d’inviter la création musicale à s’éprouver et à faire partie de la remise en cause des courants artistiques. Les écritures sont devenues partagées et les compositeurs pluriels. Une évolution de tous les arts.

Les compositeurs et musiciens ne souhaitent-ils pas trouver une nouvelle et juste place au sein de cet échiquier historique et complexe ? Entre des paradoxes fondamentaux sur la question des publics et les conséquences d’une situation appelant une redéfinition des responsabilités, des directions et des missions, ne souhaitent-ils pas répondre aux différents cahiers des charges concernant la médiation, la création, la production, la diffusion de leurs œuvres et la filiation des répertoires correspondants ?
Sans vouloir développer les questionnements particuliers des établissements spécialisés (opéras, théâtres musicaux, orchestres, ensembles, CNCM, SMAC), les questions ont été posées au cours d’entretiens et de rencontres. Il  conviendra ici de tenter d’étudier, avant de voir plus loin, les causes essentielles à l’origine des difficultés des compositeurs et musiciens aujourd’hui qui entretiennent un possible déséquilibre du système actuel.

  • en savoir +

Dossier complet

Télécharger

Presse

Télécharger
Categories:
  Pédagogie, Réflexion
this post was shared 0 times
 000